Témoins d'archéologie africaine

Philosophie

Témoins d’archéologie africaine est un portail dédié à l’archéologie de l’Afrique, offrant aux chercheurs et chercheuses ainsi qu’au public un accès libre et gratuit à la connaissance. À distance des notices encyclopédiques en ligne et des fiches patrimoniales d’agence de conservation, qui livrent souvent des savoirs figés, Témoins d’archéologie africaine présente des états de connaissance cumulatifs, évolutifs et contrôlés par les acteurs et actrices de la recherche.

Le point d’entrée est le site archéologique, modeste ou grandiose, visible ou non dans le paysage, appartenant à toute période préhistorique ou historique, dès lors qu’il a fait l’objet d’au moins une publication académique et dès lors qu’il possède une certaine représentativité pour la reconstruction du passé des sociétés africaines.

Témoins d’archéologie africaine est un portail participatif. Tout scientifique, toute équipe de recherche peut proposer la rédaction de pages dédiées à un site archéologique. Les pages sont signées de leurs auteurs et datées. Elles peuvent ainsi avoir valeur de publication.

Qui sommes-nous ?

Témoins d’archéologie africaine est un portail participatif.

Les directeur et directrice de la publication sont François-Xavier Fauvelle, Professeur au Collège de France, et Clémentine Gutron, Chargée de recherche au CNRS au Centre Alexandre Koyré.

Le coordinateur de la rédaction est Thomas Soubira, archéologue et membre associé au Laboratoire TRACES 

Contact :

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La gestion numérique du projet est assurée par Mohamed Chabraoui, informaticien Data Scientist et responsable du développement du portail, avec le soutien de l’ANR FABRICAMAG et de la chaire d’Histoire et archéologie des mondes africains du Collège de France.